Art de vivre

Quoi emprunter aux Italiens?

On les connaît passionnés (et passionnants !), et leur cuisine pourtant si simple regorge de saveurs. Et si on s’italianisait en s’inspirant de leur art de vivre ?

Prodotti, prodotti et… prodotti!

En Italie, on ne mange pas local parce que c’est tendance, mais plutôt parce que ça fait partie de l’ADN du pays. Les Italiens sont fiers de leurs produits. D’ailleurs, dans les marchés publics, ils sont clairement identifiés « nostro ». Du coup, en mangeant local, on suit les saisons… Et c’est beaucoup plus savoureux ! Même si un fruit n’est pas parfait, il sera bien mûr, bien sucré et bien goûteux. Retenons donc une chose : on célèbre les produits et on les transforme peu.

Objectif : zéro gaspillage

Riche en saveurs, mais aussi en astuces pour ne rien gaspiller, la cucina povera est la preuve qu’on peut faire beaucoup avec peu. Par ici, le pain d’il y a deux jours, la croûte de parmesan, le talon de prosciutto et le reste de risotto ! On saura les (ré)utiliser.

Le savoir-faire est aussi important (sinon plus) que les recettes

Servir la burrata et la mozzarella à la température ambiante, préparer les pâtes al dente, ne jamais ajouter de parmesan aux sauces aux fruits de mer ou aux champignons, utiliser une bonne huile d’olive pour cuire les aliments et une autre pour les assaisonner… La cuisine italienne est simple, mais elle est truffée d’astuces et de règles non écrites.

Les enfants sont toujours les bienvenus…

… à l’apéro, à table, au resto (ils y sont salués au même titre que les adultes), mais aussi dans la cuisine de leur grand-mère. C’est là où, plutôt que de jouer avec de la pâte à modeler, ils apprennent à façonner des pâtes. Ils constateront d’ailleurs, en grandissant, qu’on ne badine pas avec les recettes de famille. Car la meilleure façon de cuisiner un plat restera toujours celle de la nonna ou de la mamma !

Vivre l’instant présent

Pour profiter du moment, il faut le goûter et le savourer. Et ça, les Italiens le font pleinement. Le coucher de soleil est splendide ? Le spritz est rafraîchissant ? Ils clameront tout bonnement jouir du moment (jouir : godere / je jouis : iogodo). Et surtout, ils oublieront les soucis du boulot une fois rentrés à la maison.

Refaire le monde, un plaisir à la fois!

Surprenant, mais au pays du tiramisu et des cannoli, on traîne à table pour prolonger le plaisir… et non parce qu’on attend le dessert. La plupart du temps, on termine simplement le repas par un bon fruit de saison, bien mûr. Sinon, à l’occasion, on ira faire une passeggiata, une promenade tranquille en dégustant un gelato. Oui, la vie est douce lorsqu’elle est remplie de petits bonheurs.

Se créer des rituels

Les Italiens sont fidèles aux traditions. Pour eux, le café est un culte et on ne le boit pas à l’américaine ; chaque dessert est associé à une saison ou à une occasion (le panettone est un classique du temps des Fêtes, les zeppole se dégustent pour célébrer la Saint-Joseph…); l’aperitivo est un moment de grâce et on le chérit ; les soupers s’étirent, mais on ne s’y présente pas trop tôt, car personne n’est vraiment à l’heure… Voilà quelques do’s and don’ts à retenir pour devenir un peu plus italien !

 

Disponible en librairie et à ko-editions.ca