Dossier

On en mettrait partout : la mozzarella et la burrata

La fraîcheur et la délicatesse de ces fromages à pâte filée en font de parfaits compagnons d’été. Même si, bien sûr, on les aime à l’année !

Mozzarella fraîche 

Originaire de la Campanie, en Italie. On en retrouve
là-bas une quinzaine de types et de formes : au lait de vache ou de bufflonne, en boule, en nœud, allongée ou fumée. Elle a été répertoriée en 1570, bien qu’on en fabriquait avant.

Bon à savoir : on la conserve au réfrigérateur, mais elle est meilleure dégustée à la température ambiante. On peut aussi la tremper rapidement dans l’eau chaude dans son emballage avant de la servir. Là où elle est produite, on la consomme le jour même, sans qu’elle ne passe une seconde au frigo. Et il n’est pas rare de voir des gens la manger nature, sans aucun accompagnement. À noter qu’on en confectionne ici aussi avec du lait de bufflonne… ouvrez l’œil !

Insalata caprese

Probablement la salade italienne la plus célèbre. Elle a popularisé la mozzarella, et conquis le monde entier.
Son origine est l’île de Capri – comme son nom l’indique –, mais tout le bassin napolitain la cuisinait. De la tomate, de la mozzarella, de l’huile d’olive, du basilic, du sel et du poivre. Si bon, et si peu d’ingrédients ! Mais tout doit être à point : de saison, de qualité, et aussi à la bonne température. C’est le secret de la cuisine italienne,
le secret de la bonne cuisine.

Burrata

Une proche parente, originaire de la région des Pouilles. Sa couche externe est formée de mozzarella – presque toujours confectionnée à base de lait de vache – et son cœur, lui, de crème fraîche coulante. Sa création est plus récente, 1956. On la trouve au Québec seulement depuis quelques années, surtout dans les épiceries italiennes. Mais elle commence à se tailler une place dans les supermarchés… Disons qu’elle a rapidement fait bien des adeptes !