Dossier

Parmentier, pâté chinois ou cottage pie?

Ce n’est pas moi qui vais trancher sur l’origine de «notre» pâté chinois. Ce mets a beau faire partie de nos tablées depuis tant de générations, il est difficile d’affirmer avec certitude sa provenance. Entre les pies britanniques, les parmentiers français, l’exil de nombreux Québécois vers le Maine… les pistes sont nombreuses.

Quoi qu’il en soit, ça demeure à tous coups une casserole réconfortante. Un plat unique qui se prépare à l’avance et qui a comme croûte une purée de pomme de terre. Et de là, on improvise.

Qu’on opte pour une version végé, au poisson ou à la viande, il faut que la base soit savoureuse; on l’assaisonne d’herbes ou d’épices. On peut aussi garder le jus de viande pour un ajout goûteux ou utiliser nos restants de plats en sauce (légumineuses, poisson, poulet rôti ou autres). Si on le souhaite, on s’amuse avec les saveurs et on fait le tour du monde.

Puis, la purée de pommes de terre. On peut la parfumer d’oignons verts tombés, de citron, d’herbes, de fromage, etc.  Et ajouter des champignons, des petits pois, du panais, du céleri-rave, des patates douces…

Comme accompagnement? Un peu de craquant avec une bonne salade verte. Ou pourquoi pas une salade de betteraves ou des betteraves marinées? Ou encore, selon les arômes, un chutney, un ketchup ou une salsa.

Je vous laisse découvrir quelques recettes…